«Menteur !» hurle Yánis Varoufákis, fou de rage. Jeroen Dijsselbloem, habitué à la courtoisie qui règne habituellement au sein du club des ministres des Finances de la zone euro, est livide. Le Néerlandais, président de l’Eurogroupe, paraît bien fragile face au massif ministre grec des Finances au physique à la Bruce Willis.«C’était incroyable. On a vraiment cru qu’ils allaient en venir aux mains», raconte un témoin de la scène. Elle a eu lieu lundi après-midi, avant le début de l’Eurogroupe (…).

O resto também é muito interessante…