Sexta-feira, 23 de Abril, 2010


(The) Nanny

Esta é mesmo de culto umbilical. Só assim ultrapassou a Nip/Tuck.

Anúncios

Conspiração ou ingenuidade (I).

Conspiração ou ingenuidade (II).

É sexta à noite, estou mais numa de copy/paste, que nem vale a pena comentar… já é tão habitual que…

IEFP nomeia sem concurso público dezenas de pessoas para cargos que já ocupam

O Instituto de Emprego e Formação Profissional (IEFP) está a nomear dezenas de pessoas para cargos de direcção intermédia, sem concurso público. A SIC sabe que os nomeados são os mesmos que já ocupavam o cargo – ou seja, substituem-se a eles próprios.

Só no Diário da República de 20 de Abril há 131 nomeações.

Isto, depois de o caso ter sido denunciado por um sindicato à ministra do Trabalho em Novembro do ano passado.

Entre os nomes, a SIC apurou que há muitos ligados ao Partido Socialista.

No Parlamento e entre os sindicatos já se fala numa clara violação da lei.

Ouvido pela SIC, o presidente do IEFP diz que não houve tempo nem capacidade efectiva para fazer os concursos.

The Business of America Is Kleptocracy

Meet the Sims … and Shoot Them

The rise of militainment.

The Geography of Chinese Power

How Far Can Beijing Reach on Land and at Sea?

Of Burqas and Rosaries

The EU’s Islamic Identity Crisis

Bishkek: Bloodsoaked Revolution

Num país que, ele próprio, em pleno centro da Europa, parece ter perdido o sentido:

Tribulations d’un prof de maths au royaume des inepties (1/3)

En ce dernier vendredi d’août 2009, j’ai invité des collègues pour une soirée barbecue. Je veux faire la fête avant une nouvelle année scolaire que j’appréhende. En effet, depuis deux ans les inscriptions ne marchent pas bien dans notre école. Cette fois, sauf miracle auquel personne ne croit, nous allons perdre des classes.

Ma charge hebdomadaire va être amputée, au mieux de quatre, au pire de huit heures, et je serai donc réaffecté pour une partie de mon horaire. Après trente ans de carrière, cette perspective ne m’emballe pas car les changements risquent d’être éprouvants.

Je suis prof à l’Institut Roger Lazaron de Namur, dans la section Humanités artistiques. Je donne le cours de mathématiques et celui d’éducation scientifique et technologique au troisième degré. Un matheux égaré chez des artistes, pensez-vous. Je ne m’en porte pas mal. Des élèves calmes, paisibles, faciles à gérer, globalement de bonne volonté. Le programme de maths, adapté au contexte, contribue à leur motivation. Il s’agit en fait d’un cours de géométrie descriptive : les élèves réalisent en classe des épures qui repré-sentent des volumes. Finies l’algèbre et les équations, une délivrance pour les nombreux allergiques. Cette particularité m’inquiète un peu. Du fait de ma prochaine réaffectation, je devrai enseigner des matières dont je suis déconnecté depuis des lustres. Non que je ne sache plus dériver une fonction ou calculer une intégrale, mais je redoute d’avoir affaire à des programmes qui appliquent la dernière pédagogie à la mode : l’approche par compé-tences. Je garde une mauvaise image de ma première expérience avec elle.

Para ler mais…

US school accused of using laptops to spy on pupils

Philadelphia school computers captured more than 50,000 images of students.

Página seguinte »