Decadentismo


Pífia.

Já ninguém quer ser ministro com esta gente?

Les syndicats à l’époque de la décadence impérialiste

Il y a un aspect commun dans le développement ou, plus exactement, dans la dégénérescence des organisations syndicales modernes dans le monde entier : c’est leur rapprochement et leur intégration au pouvoir d’Etat.

Ce processus est également caractéristique pour les syndicats neutres, sociaux-démocrates, communistes et anarchistes. Ce fait seul indique que la tendance à s’intégrer à l’Etat n’est pas inhérente à telle ou telle doctrine, mais résulte des conditions sociales communes pour tous les syndicats.

Le capitalisme monopolisateur n’est pas basé sur la concurrence et sur l’initiative privée, mais sur un commandement central.

Les cliques capitalistes, à la tête de trusts puissants, des syndicats, des consortiums bancaires, etc., contrôlent la vie économique au même niveau que le pouvoir d’Etat et, à chaque instant, elles ont recours à la collaboration de ce dernier. A leur tour les syndicats, dans les branches les plus importantes de l’industrie, se trouvent privés de la possibilité de profiter de la concurrence entre les diverses entreprises. Ils doivent affronter un adversaire capitaliste centralisé, intimement lié au pouvoir de l’Etat. De là découle pour les syndicats, dans la mesure où ils restent sur des positions réformistes – c’est à dire sur des positions basées sur l’adaptation à la propriété privée – la nécessité de s’adapter à l’Etat capitaliste et de tenter de coopérer avec lui.

Leão (1940)

Amanhã não se pode ir jantar fora, mesas pejadas de mariquices…

A jantar o que assassinei ontem.

Sendo que os jovens licenciados desempregados devem emigrar para latitudes tropicais, o que recomenda o senhor PM quanto a destinos para pessoas de qualificações médias (12º ano, por exemplo), mas com mais de 35 ou 40 anos, com família a cargo, que ficaram recentemente ou ficarão sem emprego?

Burkina Faso? Bangladesh?

Ahhhh… já sei!

China, Índia!

A língua depois resolve-se, pois já há 500 anos despejámos por lá degredados que se safaram razoavelmente e um até fez um poema dos grandes, mesmo só vendo de um olho que a terra, e não o mar, acabou por comer.

Parcerias público privadas até ao infinito.

Se quiserem saber porque Portugal tem prazo de validade, procurem por aqui…

… por parte de um país? Ou demência? Alegávamos a velhice…

Página seguinte »

Seguir

Get every new post delivered to your Inbox.

Junte-se a 918 outros seguidores